Ajouté(es) au panier
Ajouté(es) au panier
Panier

La construction 2.0 pour tous les acteurs

L’industrie de la construction est en pleine révolution avec l’émergence du BIM

Introduction

Please enter alternative text here (optional)

L’industrie de la construction est en pleine révolution avec l’émergence du BIM qui modifie en profondeur les méthodes de travail de la Maitrise d’Ouvrage au sous-traitant en passant bien-sûr par les fournisseurs.

Jusqu’alors, combien de versions différentes du projet de construction étaient disponible pour un seul et même bâtiment ?

De façon très simpliste, on peut dire que l’architecte émet un plan d’ensemble, qui est revu par la Maitrise d’ouvrage, puis pourquoi pas par la mairie lorsqu’elle émet le permis de construire.

Ce plan revient ensuite à l’entreprise qui en déduit ses plans d’exécutions. Les clôtures du chantier ne sont pas encore posées qu’il y a déjà au moins 4 versions de plans différents et autant de sources de conflits possible.

A cela, nous pouvons ajouter les différents aléas de chantiers, des plans de recollements pas toujours bien synthétisés et la synthèse passe plusieurs mois à compiler un dossier de plusieurs milliers de fichiers, de plans de contrôle qualité, de non-conformités qui ne concordent pas forcément tous.

Au final ce dossier est complexe et la Maitrise d’ouvrage ne sait pas ce quel bâtiment elle a acheté.

Un objectif Commun

L’idée de la construction 2.0 est d’être participative. Tous les acteurs du projet de construction sont censés n’avoir qu’un seul objectif : l’efficacité du projet.

En effet, l’idée principale est de faire en sorte que les objectifs de chacun des acteurs se coordonnent autour du projet et non plus autour de la réclamation qu’ils pourront tirer à la fin du projet.

La Maitrise d’ouvrage

C’est bien sur la maitrise d’ouvrage qui va tirer le plus profit de ce nouveau mode de fonctionnement, notamment parce qu’il est communément admis que la plus grosse partie des couts d’un bâtiment ne sont pas liés à la construction mais bien à l’exploitation.

Ainsi la maitrise d’ouvrage pourra opter pour des matériaux peut être plus onéreux à l’achat, mais avec des propriétés thermiques par exemple plus efficaces et ainsi économiser sur les coûts de climatisation, chauffage…

De plus il lui sera possible de programmer ses opérations de maintenance ce qui est particulièrement important notamment dans l’industrie.

La maitrise d’œuvre, les bureaux d’études

La construction 2.0 implique un plus grand investissement dans les études en amont afin de gagner en productivité lors de la construction mais surtout lors de l’exploitation du bâtiment.

 Les bureaux d’études devraient être ravi de cette aubaine, seulement lors que nous discutons avec eux ils ne sont pas si optimistes que ça.

Il y a plusieurs raisons à cela :

  • Le passage à ce nouveau mode de gestion de projet implique l’utilisation de nouveaux outils, notamment numériques pour lesquels des investissements important sont requis que ce soit dans du matériel informatique, des logiciels, des formations… et le retour sur investissement n’est pas immédiat.
  • Une autre remontée des différents bureaux d’études que nous avons pu visiter est qu’a l’heure actuelle les économies liées à l’exploitation du bâtiment ne sont pas encore remontés à la phase de conception et d’études. Ainsi, les bureaux d’études et les maitrises d’œuvre se voient en général confrontés à une plus grande charge de travail pour une rémunération à peu près égale à ce qui se faisait avant.
  • Néanmoins de nouvelles opportunités devraient voir le jour comme par exemple la possibilité de généraliser les réseaux ou supportages communs et ainsi gagner en efficacité aussi bien sur le chantier (temps de pose réduit) que lors de l’exploitation du bâtiment où ayant accès à l’ensemble des données il sera possible de remplacer des sections de réseaux avec un impact minimum.

L'entreprise

Les entreprises de construction ainsi que leurs sous-traitants ont également beaucoup à y gagner.

En effet, l’idée d’avoir une même maquette numérique qui évolue au fur et à mesure de l’esquisse, à l’avant-projet puis au projet réduit drastiquement les sources d’erreurs liées aux différents indices de plan.

De plus, de nombreux plug-ins commencent à être disponible sur les principaux logiciels disponibles qui permettent d’effectuer les métrés de façon rapide et sûre.

Il y a la également une réelle opportunité pour augmenter la sécurité sur chantier en intégrant les procédures et méthodes directement sur la maquette et ainsi diminuer la co-activité, les problèmes d’interférence entre les différents corps d’état, etc…

Par exemple, si la maitrise d’ouvrage opte pour une solution de supportage commun pour l’ensemble des réseaux fluides, les risques de clashs sont réduits à leurs minimums, il est possible de coordonner l’électricien, le plombier…

Enfin, un autre avantage consiste à la synthèse des travaux effectués et la réalisation du fameux plan de recollement.

Grace à de nouveaux outils connecté il va être possible d’assurer la continuité numérique qui regroupera à la fois des services de préfabrication, de logistique, d’implantation théorique sur chantier puis, de réintégration du plan d’assurance qualité dans la maquette numérique : position exacte, critères d’acceptation respectés, … 

En quoi les fournisseurs peuvent aider ?

La mesure dans laquelle les fournisseurs peuvent apporter du soutien est énorme dans la construction 2.0 !

Notre rôle est bien sûr d’apporter un soutien à l’ensemble des acteurs du projet de construction afin de les aider à le réaliser. 

Missions de consulting BIM :

Nous l’avons dit ci-dessus, mais chaque projet est unique et l’utilisation finale de chaque bâtiment l’est également.

Ainsi, les besoins de documentation sont différents d’un projet à un autre et d’un maitre d’ouvrage à un autre.

Par conséquent, les objets de la maquette numérique doivent répondre aux attentes du projet : il ne faut pas que la définition des objets soit trop précis afin de limiter la taille de la maquette, et à contrario il faut que les paramètres idoines soient renseignés.

C’est pourquoi, chez Hilti nous pouvons mettre à votre disposition des experts BIM et des ingénieurs experts en dimensionnement de solutions de supportage, de chevillage ou de compartimentage coupe-feu afin de vous accompagner et définir ensemble le niveau de détail, les paramètres requis et à les implanter dans vos maquettes numériques.

Il est également possible d’être intégré à l’équipe projet afin d’optimiser les supports par exemple.

Services logistiques :

Une fois que les études ont été réalisés et que la maquette est prête, il s’agit d’exécuter les travaux.

C’est pourquoi nous proposons également toute une série de services logistiques, qui peut vous permettre d’optimiser votre productivité sur chantier en vous fournissant des kits prêts à l’emploi.

Nous sommes persuadés que l’avenir de la construction passe à la fois par la standardisation mais également par des offres sur-mesure qui s’adaptent parfaitement aux besoins du projet.

C’est pourquoi, nous avons développé toute une gamme de services logistiques qui permettent d’adapter nos solutions à vos besoins : Une boite livrée sur chacune des différentes zones du chantier comprenant l’ensemble des consommables nécessaire, des kits de supportage préemballé ou pré-montés, là encore c’est vous qui définissez et choisissez ce qu’il vous faut.

Il reste maintenant à s’assurer à la fois que nous pouvons facilement transférer les données de la maquette au terrain, puis de pouvoir réaliser un dossier des ouvrages executés. Ce sujet est bien vaste et je traiterai de cela dans un prochain article.

Auteur : François Régnier

Blog ingénierie

Contactez-nous
Contactez-nous